Nous sommes le jeudi 23 mai, bonjour, bienvenue sur TVCAT.fr.

Le juge des référés, saisit par Vectalia, a ordonné en fin de matinée le déblocage des dépôts des bus Sankéo. Les chauffeurs de bus en grève depuis 9 jours maintenant, ont levé le camp dans la foulée. Les bus ont donc repris progressivement la route dans l’après-midi. Une assemblée générale devait avoir lieu cet après-midi pour décider des suites à donner au mouvement, car pour l’instant les négociations sont au point mort.

La Poste centrale de Perpignan peut-être bientôt transformée en résidence pour sénior non médicalisée. La Poste immo, une des filières de la Poste songe très sérieusement à ce projet car une partie des locaux est aujourd’hui inoccupée. La poste pourrait donc déménager dans des locaux plus petits. Le même projet est dans les cartons dans une dizaine d’autre ville comme Metz, Roubaix ou Annecy.

L’ex-directeur de l’Electro beach du Barcarès dort en prison. Silvain Berreteaga s’était fait la belle en Russie après avoir réussi à détourner 600 000 à 800 000 euros entre 2009 et sa fuite en 2017. Selon nos confrères de France 3, l’ancien directeur du festival a été placé en détention provisoire il y a déjà plusieurs semaines. Il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international et il a été arrêté lors de son retour en France pour les obsèques d’un de ses proches.

Et puis Jean-Marc Pujol a mis ses menaces à exécution. Sans surprise Olivier Amiel n’est désormais plus adjoint au maire de Perpignan. Il a perdu ses fonctions hier soir, après un vote des élus de la majorité lors du conseil municipal. Olivier Amiel s’était déjà vu retirer toutes ses délégations au sein de la mairie de Perpignan il y a 2 semaines. Entre Olivier Amiel et Jean Marc Pujol, le torchon brûle depuis l’annonce de l’ex-adjoint de sa candidature à la mairie de Perpignan, une annonce faite sans attendre la décision du maire sortant de se présenter ou non à sa propre succession.

Une centaine de parents et d’élèves ont manifesté ce matin avant les cours devant les portes de l’école Victor Duruy. Ils protestent contre l’interdiction du port de signes religieux et donc du voile pour mamans qui accompagnent les enfants lors des sorties scolaires. Une interdiction présente dans le projet de loi Blanquer adopté par le Sénat.